A propos

A propos

L’Union Patronale du Canton de Fribourg (UPCF) est une entreprise privée au service des entreprises et des groupements professionnels. 

Elle est née le 1er mars 1999 de la fusion entre l’Union Interprofessionnelle patronale du canton Fribourg (UIP) et de l’Union Cantonale des Arts et Métiers (UCAM). Historiquement, il a été décidé de fonder l’UPCF dans le prolongement de l’UIP, créée en 1947 par M. Ferdinand Masset (Fondateur de l’UPCF, conseiller communal, conseiller d’Etat) sous l’impulsion de M. Renaud Barde (Membre de commissions cantonales et fédérales en matière de droit du travail, d’assurances sociales et de prévoyance professionnelle, secrétaire général de la Fédération des syndicats patronaux, vice-président de l’USAM).

Gaston Mauron était président de l’Union Cantonale des Arts et Métiers, respectivement de l’UPCF de 1969 à 2014. En tant que fervent défenseur des arts et métiers et de la formation professionnelle, il a été le moteur durant de nombreuses années du développement de ces deux secteurs.

 

L’UPCF a ainsi suivi tous les changements au fil du siècle et a su adapter sa palette de services à l’évolution de la structure économique ainsi qu’aux besoins des entrepreneurs. Le service aux entreprises membres se personnalise, s’adapte et s’étoffe sans cesse au rythme des besoins économiques et politiques.

 

L’UPCF est divisée en trois secteurs d’activités ; la gestion des associations professionnelles, la politique patronale et les assurances sociales FER-CIFA 106.2. Jour après jour, les collaborateurs de l’UPCF sont au service de plus de 7'500 membres.

 

De l’Union Cantonale des Arts et Métiers à l’Union Patronale du Canton de Fribourg:

L’Union cantonale aborde l’après-guerre dès 1944 avec une révision de ses statuts qui rappelle ses priorités : le soutien à la formation professionnelle, à l’artisanat et à la petite industrie. Mais c’est trois ans plus tard que des décisions importantes sont prises. Au moment où le peuple suisse accepte, en 1947, l’organisation d’une AVS, les milieux patronaux fribourgeois et romands décident de mettre sur pied des organismes sociaux qui leur soient propres.

 

C’est chose faite la même année avec la création de l’Union interprofessionnelle patronale du canton de Fribourg. La décision est prise par un groupe de chefs d’entreprises réunis au Café Continental, à l’entrée du boulevard de Pérolles, au soir du 30 novembre 1946 et parmi lesquels on trouve Paul Hertig, directeur de l’Imprimerie Saint-Paul, Walther Scheim, entrepreneur, Joseph Brugger, maître-menuisier et Alphonse Mauron. Confiée à l’un de ses principaux initiateurs, Ferdinand Masset, l’UIP veut offrir une palette de services utiles à toutes les associations patronales et à leurs membres : organisation et gestion de leurs secrétariats, création et administration d’institutions sociales, conseils et cours de formation. Dix ans plus tard, l’UIP reprendra ainsi le secrétariat de l’Union cantonale qui reste active sur le front politique. En 1947 toujours, à l’échelle romande cette fois, une proposition genevoise aboutit à la fondation, à Morat, de la Fédération romande des syndicats patronaux qui veut édifier un réseau romand d’assurances sociales – l’assemblée constitutive crée le même jour la Caisse interprofessionnelle romande de l’assurance-vieillesse et survivants -, et jouer un rôle de relais entre les entreprises, les partenaires sociaux, les pouvoirs publics et la population. L’ordre professionnel devient l’organe de la nouvelle Fédération ; il sera rebaptisé Entreprise romande en 1983.

 

A Fribourg, l’Union cantonale et l’Union interprofessionnelle sont à la fois créatrices et témoins des changements économiques que vit le canton durant la seconde moitié du XXe siècle et adaptent en conséquence la palette de leurs services aux perspectives de plus en plus ouvertes et mouvantes de cette évolution. Dès les années cinquante, les associations faîtières et leurs sections adhèrent aussi à l’économie libérale, et se détachent du même coup des relations plus ou moins étroites qu’elles avaient pu maintenir avec l’Etat perçu désormais comme un partenaire indispensable à condition qu’il modère son interventionnisme au profit de la liberté du commerce et de l’industrie. Evolution accompagnée presque naturellement par un glissement de la sensibilité politique du conservatisme vers le libéral-radicalisme, ce dont témoigne entre autres l’arrivée dans les organes dirigeants des associations de responsables plus proche de ce courant politique et économique après un demi-siècle marqué par les liens avec le conservatisme majoritaire dans le canton.

 

Arrivée au terme de cent ans d’histoire, l’Union cantonale des Arts et Métiers, est devenue l’Union patronale, depuis la fusion de l’UCAM et de l’UIP en 1999. Elle confie le volet politique de son activité à la Chambre patronale alors que, de son côté, l’Union maintien ses activités administratives et financières. Pour reprendre ses propres termes, elle garde comme objectif majeur celui qui est le sien depuis un siècle : « la défense des intérêts des petites et moyennes entreprises » dans un environnement qui présente quelque analogie avec celui qui avait entouré sa création.

 

Au début du XXe siècle comme cent ans plus tard, les entreprises fribourgeoises sont confrontées à une forme de mondialisation dans un contexte de libéralisme économique plus ou moins large. Vers 1900, il s’agissait des produits ; un siècle plus tard les services se sont ajoutés aux marchandises dans le trafic planétaire. Face à cette situation, l’Union cantonale a été créée pour donner à ses membres les moyens de trouver des solutions et des perspectives dans une certaine forme de solidarité qui, il y a cent ans, intégrait comme partenaire un Etat dont les acteurs souhaitaient une intervention plus importante que celle qu’il était disposé à apporter. Depuis un demi-siècle, après une parenthèse fortement interventionniste due aux conflits mondiaux et à la crise des années trente, la tendance s’est inversée dans le sens d’une redistribution - en continuel rééquilibrage -, des rôles entre l’Etat et l’économie privée.

Texte : Michel Charrière

Ferdinand Masset

Ferdinand Masset

Gaston Mauron

Gaston Mauron

Formation

Formations

Toutes nos formations en un coup d'oeil.

Lire la suite +
Evènement

Evènements

Découvrez les prochains événements de l'UPCF et de ces partenaires dans votre région.

Lire la suite +
Association

Associations

L’Union Patronale du Canton de Fribourg gère actuellement 60 associations professionnelles, 16 secrétariats de cours interentreprises, diverses commissions d’apprentissage et siège dans 7 commissions paritaires.

Lire la suite +