l’économie suisse profite de la baisse du franc

Actualité

l’économie suisse profite de la baisse du franc

L’enquête conjoncturelle du KOF signale une amélioration de l’économie, surtout dans l’industrie d’exportation et l’hôtellerie. Les prévisions d’emplois et de croissance sont en passe d’être revues à la hausse.

Les entreprises suisses profitent déjà de la détente intervenue sur le marché des changes ainsi qu’en témoigne l’enquête conjoncturelle du centre de recherches KOF, présentée lundi à la presse. Les 4500 entreprises du secteur privé sondées confirment la reprise économique en cours dans presque toutes les branches et laissent entrevoir une amélioration des perspectives de croissance, de bénéfice et d’emploi.

«La situation est bonne dans l’ensemble, mais c’est l’industrie d’exportation et le tourisme qui profitent le plus nettement des tendances favorables», explique Klaus Abberger, économiste auprès du KOF.

Ecart entre l’exportation et les branches domestiques

L’indicateur du KOF sur la situation des affaires, qui traduit le solde des avis positifs et négatifs des différentes entreprises, affiche donc une progression ou une stagnation pour le sixième mois consécutif. La dernière baisse est en effet intervenue en janvier, à une période où l’euro valait 1,07 franc. La reprise n’est toutefois perceptible que depuis deux mois au sein des entreprises tournées vers le marché domestique.

La baisse du franc vis-à-vis de l’euro produit un double effet positif sur les entreprises d’exportation, selon Klaus Abberger. Elle améliore la situation concurrentielle des entreprises suisses par rapport à leurs homologues de la zone euro. Et elle permet de tirer pleinement profit de la croissance économique plus soutenue dans l’Union européenne.

Les entreprises ont renvoyé le questionnaire au KOF au plus tard le 24 juillet dernier, soit à la veille de la dernière phase de baisse du franc. En deux semaines, l’euro est en effet passé de 1,10 franc à 1,15 franc (1,1475 lundi). La situation des entreprises est donc probablement encore plus favorable que ne le signale cet indicateur.

Révision à la hausse pour 2018 ?

Le KOF se veut optimiste mais prudent: «Il faut savoir si l’euro reste durablement à 1,15 franc avant de songer à réviser les prévisions de croissance.» Mais si tel devait être le cas, «la hausse du produit intérieur brut (PIB) pourrait être revue à la hausse pour 2018 par les économistes du KOF lors de leur prochaine évaluation, en septembre», révèle Klaus Abberger. Une révision à la hausse pour 2017 est improbable dans la mesure où les effets d’une variation de change ne produisent pas d’effet immédiat sur le PIB.

Pour soutenir la tendance, Susanne Oberholzer Leutenegger, conseillère nationale socialiste, a demandé, dans une interview au SonntagsBlick, de réintroduire un cours plancher à 1,20 franc contre l’euro. L’institut conjoncturel zurichois prévoit une hausse du PIB de 1,3% en 2017 et de 2,1% en 2018. Ces attentes sont basées sur un taux de change de 1,09 franc contre l’euro. La prudence de Klaus Abberger peut se comprendre. Les prévisions pour 2017 publiées par le KOF en juin dernier traduisaient une révision de 0,2 point de pourcentage à la baisse par rapport à celles de mars. En outre, le KOF est plus optimiste pour 2018 que d’autres instituts. BAK Basel prévoit, par exemple, une croissance de 1,4% en 2017 et de 1,8% en 2018.

Par rapport à juillet de l’année dernière, l’amélioration la plus sensible provient de l’hôtellerie, une branche fortement dépendante des taux de change.

Dans l’industrie, c’est le secteur des machines qui observe les progrès les plus significatifs. D’une manière générale, l’industrie de transformation et les biens d’équipement sont mieux orientés que les producteurs de biens de consommation, selon le KOF. La reprise observée dans les biens d’investissement est d’autant plus importante, selon Klaus Abberger, que la durabilité de la reprise dépend de ce type de dépenses et non de la consommation.

Source : Le Temps online / 7.8.2017 / Emmanuel Garessus

Information
  • article
  • 10 aoû 2017

Chambre patronale

La Chambre Patronale est l’organe politique de l’Union Patronale du Canton de Fribourg. Elle est le porte-parole des PME membres et prend les décisions pour tout ce qui concerne les consignes de vote et autres objets politiques. La défense des intérêts des PME est une des préoccupations majeures de la Chambre Patronale ...

Lire la suite +

Services

L’UPCF se profile en tant qu’interlocuteur incontournable pour la défense des intérêts patronaux et des PME dans des domaines tels que : formation professionnelle, soutien juridique, conditions de travail et salariales, fiscalité etc.

Lire la suite +

Newsletters

Lire la suite +