no 285 mai 2017

Info Patronale

no 285 mai 2017

Le 21 mai 2017, nous allons nous prononcer au sujet de la loi sur l’énergie (LEne) du 30 septembre 2016 étant donné que le référendum contre cette dernière a abouti. La loi sur l’énergie représente le premier ensemble de mesures de la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral. Il s’agit ici d’un projet qui est important pour l’économie, notamment pour les entreprises productrices, car garantir l’approvisionnement en énergie de la Suisse est un enjeu de taille.

La pièce maîtresse, notamment le déclencheur de la Stratégie énergétique 2050 revient en définitive à la décision de la sortie du nucléaire. Contrairement à l’initiative « Sortir du nucléaire », qui a été refusée par le peuple suisse le 27 novembre dernier, les centrales nucléaires existantes pourront être exploitées tant qu’elles sont sûres. La construction de nouvelles centrales sera par contre interdite, ce qui revient à terme à une sortie progressive de l’énergie nucléaire.

Les cinq centrales nucléaires encore en service couvrent environ 40% des besoins actuels. Si ces dernières sont déconnectées successivement du réseau et que l’on veut néanmoins garantir l’approvisionnement énergétique de la Suisse, ceci
ne pourra être réalisé, selon les plans du Conseil fédéral, qu’au travers d’une réduction de la consommation d’énergie, de l’amélioration du rendement énergétique et de nouvelles sources énergétiques par la promotion et l’extension des énergies renouvelables indigènes ou de plus fortes importations d’électricité depuis l’étranger.

La loi sur l’énergie est un projet complexe et controversé et l’économie ne défend pas de position unanime. Les opposants dénoncent les coûts qu’engendreront ces mesures, craignent une réglementation excessive et formulent des doutes quant à l’assurance d’un approvisionnement à long terme avec les mesures prévues. Les partisans considèrent que l’on ne peut pas attendre la déconnection des centrales les bras croisés, qu’il faut agir en amont si l’on veut couvrir les besoins futurs par des sources indigènes. Il convient en outre de souligner que cette stratégie conduira à des investissements non négligeables dans notre pays, notamment par l’assainissement de bâtiments. De plus, et selon les partisans, le refus de cette loi augmentera la dépendance énergétique de l’étranger.

Finalement, il conviendra de décider si une solution suisse, bien que plus coûteuse, est préférable à des importations plus importantes entraînant une plus grande dépendance vis-à-vis de l’étranger ; si l’on veut, avec des subsides limités dans le temps, promouvoir des sources d’énergie alternatives ou si l’on veut laisser jouer le marché librement, et si le projet arrive à garantir l’approvisionnement sur le long terme.

La Chambre patronale a analysé ce projet en profondeur en tenant compte des arguments des deux camps. Au final, la majeure partie des membres présents s’est prononcé en faveur de ce projet alors qu’une minorité l’a rejeté ou a opté
pour la liberté de vote.

L’autre projet qui nous sera soumis au vote le 21 mai prochain, la nouvelle loi sur l’assurance immobilière, la prévention, les secours en matière de feu et d’éléments naturels (ECALEX), était bien moins controversé. En raison des multiples améliorations qui vont de pair avec cette nouvelle loi, notamment en ce qui concerne les prestations assurées, la Chambre patronale soutient ce projet à l’unanimité.

Jacques Morand, Président de la Chambre patronale du canton de Fribourg

Information
  • infopatronale
  • 09 mai 2017
Formation

Formations

Toutes nos formations en un coup d'oeil.

Lire la suite +
Association

Associations

L’Union Patronale du Canton de Fribourg gère actuellement 60 associations professionnelles, 16 secrétariats de cours interentreprises, diverses commissions d’apprentissage et siège dans 7 commissions paritaires.

Lire la suite +
Evènement

Evènements

Découvrez les prochains événements de l'UPCF et de ces partenaires dans votre région.

Lire la suite +